Scott Dixon avait signé la pole position des 500 Miles d’Indianapolis mais dès le départ, Alex Palou a pris la tête devant Rinus VeeKay. Dixon est cependant revenu aux commandes avant le dixième tour. Derrière, Marcus Ericsson restait dans le top 5, devant une bataille intense entre Ed Carpenter et Tony Kanaan.

Romain Grosjean s’était qualifié neuvième, et le Français a tenu sa place dans le top 10 pendant les premiers tours. Simon Pagenaud a glissé d’un rang, en 17e place, dans les premiers tours, alors que Jimmie Johnson était juste devant lui.

La lutte entre Palou et Dixon a duré pendant plusieurs tours, tandis que VeeKay restait en embuscade. Scott McLaughlin, qui a raté sa qualification, a entamé une remontée, tandis que Grosjean est sorti du top 10 puis a réussi à y revenir.

Dixon a repris la main mais parmi les leaders, il a été le premier à s’arrêter, un tour avant Palou et Johnson. L’Espagnol a réussi à reprendre la tête de course à la faveur des arrêts, alors que VeeKay s’arrêtait un tour plus tard, en même temps que Grosjean.

VeeKay est ressorti juste derrière Palou, qui avait été dépassé par Dixon et ses pneus plus en température. Le reste du peloton s’est ensuite arrêté, laissant Pato O’Ward en tête devant Felix Rosenqvist. Les pilotes McLaren semblaient déjà décaler légèrement leur stratégie.

Palou a dépassé Dixon, ainsi que VeeKay, qui a réussi à s’intercaler pour la première fois de la course entre le duo Ganassi.

VeeKay dit adieu à ses espoirs de victoire

La première neutralisation a eu lieu au 39e des 200 tours, quand Rinus VeeKay a percuté le mur par l’arrière. Le pilote néerlandais était indemne, mais sa voiture était détruite et la course était neutralisée.

Will Power a connu un arrêt difficile aux stands, tandis que Grosjean était 11e à la relance, menée par Palou, Dixon, Ericsson et O’Ward.

La course a été relancée au 47e des 200 tours, et Dixon a attaqué Palou pour prendre la tête une boucle plus tard. O’Ward a réussi à prendre la troisième place à Ericsson.

Carpenter suivait devant Kanaan, Rosenqvist, Sato, Santino Ferrucci et le rookie David Malukas. Josef Newgarden était remonté au 11e rang devant Conor Daly, et les Français Grosjean et Pagenaud. Peu avant le 60e tour, Palou a pris la tête aux dépens de Dixon.

Une deuxième neutralisation pour Ilott

La deuxième neutralisation a eu lieu au 70e tour avec un accident de Callum Ilott. L’ancien pilote de F2 était lui aussi indemne, mais sa Dallara était détruite, après un énorme choc à l’extérieur et un mur percuté à l’intérieur.

Palou en a profité pour s’arrêter pendant la neutralisation… mais les stands étaient fermés et il lui était impossible de changer de pneus. Cela laissait Dixon et Daly, qui s’était arrêté avant la neutralisation, en tête, devant O’Ward. La course a été relancée au 78e tour, et c’est Dixon qui a conservé la main.

Daly était deuxième devant Ericsson, qui a réussi à dépasser O’Ward. Kanaan et Ferrucci suivaient, et O’Ward a repris sa troisième place. Le départ a été un peu plus délicat en milieu de peloton pour Grosjean, qui a perdu plusieurs places et pointait en 17e position.

A la mi-course, Dixon menait devant Daly, O’Ward, Ericsson et Kanaan. Ferrucci suivait devant Carpenter, Newgarden, Rosenqvist et Sato. Pagenaud était remonté au 11e rang devant McLaughlin et Malukas, alors premier rookie.

Castroneves remontait, en 14e place, après une première moitié de course très discrète. Vainqueur en 2017, Alex Rossi était 15e devant Karam, Andretti, Grosjean, Rahal et Montoya. Palou pointait au 26e tour.

Grosjean abandonne après la mi-course

La troisième neutralisation a eu lieu au 107e tour, après l’accident de Grosjean ! Le Français allait bien mais son premier Indy 500 s’arrêtait là après un choc similaire à celui d’Ilott et VeeKay.

L’ensemble des pilotes est rentré au stand… sauf Daly, qui s’était arrêté juste avant le drapeau jaune ! Le pilote ECR menait la course devant Dixon, O’Ward, Ferrucci, Rosenqvist, Carpenter, Kanaan, Ericsson, Sato et Pagenaud, qui faisait son entrée dans le top 10.

La course a repris au 113e tour, et O’Ward s’est porté en tête devant Dixon, Daly et Ferrucci, alors que les quatre pilotes étaient de front à l’entame du premier virage. Mais Dixon a repris la main au 114e tour.

Derrière, Rosenqvist a passé Ferrucci pour la quatrième place. Les pilotes McLaren étaient en forme, avec la deuxième place pour O’Ward. Le troisième quart de la course a été plus calme, jusqu’à l’arrêt de Scott Dixon au 141e tour.

Cela a lancé une nouvelle phase de pitstops, l’avant dernière de la course. Il a fallu moins de dix tours pour que tout le peloton s’arrête, et Daly s’est recalé dans la stratégie des autres pilotes.

Lutte féroce entre Dixon et O’Ward

Au 150e tour, marquant les trois quarts de l’épreuve, O’Ward était en tête devant Dixon, Rosenqvist, Daly et Ferrucci. Mais au tour suivant, il y a eu un nouveau drapeau jaune avec l’accident de McLaughlin. Le Néo-Zélandais allait bien malgré un choc conséquent. L’accident s’est passé entre les virages 1 et 2.

La course a repris au 159e tour, et Dixon a immédiatement dépassé O’Ward pour la tête de la course. Rosenqvist et Daly suivaient devant Ericsson et Rossi, qui était bien remonté.

Il y a eu du grabuge derrière et Sage Karam a dû mettre deux roues dans l’herbe. Les tours suivant ont donné lieu à une explication exceptionnelle entre Dixon et O’Ward qui se sont échangé la première place à plusieurs reprises, sous les yeux de Rosenqvist.

Carpenter est rentré aux stands à 31 boucles de l’arrivée, pour son dernier stop. Le pilote propriétaire espérait ainsi profiter d’une neutralisation de fin de course, à la manière de Daly en début de course.

Une pénalité ruine la course de Dixon

Rosenqvist s’est arrêté, et Rossi s’est ensuite passé par les stands à 27 tours du but, tandis que les leaders poursuivaient leur relais. Dixon est rentré aux stands à 25 tours du but, et il est ressorti juste derrière Rosenqvist.

Mais malheureusement, Dixon a dû repasser par les stands pour une pénalité due à un excès de vitesse dans les stands. O’Ward s’est arrêté en même temps. Les pilotes McLaren étaient désormais candidats à la victoire, mais Ericsson s’intercalait entre les deux après avoir passé O’Ward.

A 19 tours de l’arrivée, Kanaan menait devant Pagenaud et Palou, mais c’étaient bien deux Suédois qui menaient virtuellement la course. Après les déboires de Palou puis Dixon, Ericsson prenait la main sur les pilotes McLaren, tandis qu’O’Ward passait Rosenqvist pour tenter d’aller chercher le Suédois. Kanaan a ensuite pris la troisième place.

Ericsson tenait un rythme impressionnant et possédait trois secondes d’avance à huit tours de l’arrivée, lorsque Johnson a eu un accident. La course était neutralisée une nouvelle fois. Le septuple champion du monde de NASCAR allait bien.

Un drapeau rouge et un sprint pour terminer

Cela laissait Ericsson devant O’Ward et Kanaan, puis Rosenqvist et Rossi. Pagenaud était sixième devant Daly, Palou, Castroneves et Ferrucci. La question était de savoir si la course allait être relancée sous drapeau vert.

Finalement, la direction de course brandissait le drapeau rouge, de manière à terminer sous drapeau vert !

La course a été relancée pour deux tours, Ericsson menant devant O’Ward, Kanaan, Rosenqvist et Rossi !

Ericsson a bougé d’un côté et de l’autre de la ligne droite, et les McLaren ont failli s’accrocher. Ericsson a pris la main mais O’Ward s’est vite lancé à sa poursuite. Le Suédois zigzaguait en ligne droite pour casser l’aspiration du Mexicain.

O’Ward a placé son attaque à l’entrée du premier virage mais Ericsson a réussi à rester en tête à l’intérieur ! O’Ward a quelque peu perdu l’aspiration dans la virage et un accident dans la ligne droite de retour a permis à l’ancien pilote de F1 de s’imposer !

Il devance O’Ward et Kanaan, et le pilote McLaren va faire la bonne opération au championnat. Malgré les déboires de Palou et Dixon, Ganassi a réussi à gagner l’Indy 500, avec un pilote qui n’était pas le favori.

Simon Pagenaud termine huitième, juste derrière son équipier et quadruple vainqueur de l’épreuve, Helio Castroneves. Alex Palou termine dans le top 10, et Juan Pablo Montoya est 11e pour sa pige, devant JR Hildebrand et Newgarden.


Original Source